Qu’est-ce que le régime paléo ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Qu’est-ce que le régime paléo ?

Vous avez entendu parler du régime paléo et souhaitez savoir ce que c’est ? cet article est là pour répondre à vos questions.

Le régime paléolithique, le régime paléolithique est un régime à la mode nécessitant la consommation unique ou prédominante d’aliments présumés avoir été les seuls aliments disponibles ou consommés par l’homme au cours du Paléolithique.

Argument principal

L’homme moderne n’est pas complètement adapté à une alimentation riche en céréales et encore moins par rapport à la nourriture hautement transformé actuellement.

 

Origine et principe

Le régime paléo est interprété de façon très variable, mais il comprend généralement des légumes, des fruits, des noix, des racines et de la viande, et exclut généralement des aliments tels que les produits laitiers, les céréales, le sucre, les légumineuses, les huiles transformées, le sel, l’alcool ou le café. Le régime consiste à éviter non seulement les aliments transformés, mais également les aliments que les humains ont commencé à manger après la Révolution néolithique, date à laquelle les humains passèrent du mode de vie des chasseurs-cueilleurs à l’agriculture sédentaire. . Les idées derrière le régime alimentaire peuvent être attribuées à Walter Voegtlin, et ont été popularisées dans les livres les plus vendus de Loren Cordain.

Le régime paléo est présenté comme un moyen d’améliorer la santé. Il a été démontré que suivre ce régime pouvait entraîner des améliorations de la composition corporelle (masse grasse et masse musculaire) et des effets métaboliques par rapport au régime occidental typique   ou par rapport aux régimes recommandés par les directives nutritionnelles nationales.

 

Selon Adrienne Rose Johnson, l’idée selon laquelle le régime primitif était supérieur aux habitudes alimentaires actuelles remonte aux années 1890 avec des écrivains tels que les docteurs Emmet Densmore et John Harvey Kellogg. Densmore a proclamé que « le pain est le bâton de la mort », tandis que Kellogg préconisait un régime comprenant des féculents et des aliments à base de céréales.   L’idée d’un régime paléolithique peut être reliée à un livre de 1975 du gastroentérologue Walter Voegtlin,  qui, en 1985, a été développé par Stanley Boyd Eaton et Melvin Konner et popularisé par Loren Cordain dans son livre de 2002, The Paleo Diet.   Les termes «régime de l’homme des cavernes» et «régime de l’âge de pierre» sont également utilisés  , de même que Paleo Diet, marque de commerce de Cordain  .

 

En 2012, le régime paléolithique a été décrit comme l’une des « dernières tendances » du régime, basé sur la popularité des livres sur le régime. En 2013, le régime était la méthode de perte de poids la plus recherchée par Google.

 

Nourriture

Le régime recommande de ne manger que des aliments présumés disponibles pour le Paléolithique, mais la compréhension de ces aliments varie grandement, et le débat qui l’accompagne est en cours.

Dans la description originale du régime paléo figurant dans le livre de Cordain en 2002, il préconisait de manger autant que possible comme les paléolithiques, ce qui signifiait :

  • 55% des calories quotidiennes provenant des fruits de mer et de la viande maigre, divisées de manière égale
  • 15% des calories quotidiennes provenant de fruits, de légumes, de noix et de graines
  • pas de produits laitiers, presque pas de grains (Cordain a décrit cela comme un « aliment de famine » pour les paléolithiques), sans sel ajouté, sans sucre ajouté
  • Le régime consiste à éviter non seulement les aliments transformés modernes, mais également les aliments que les humains ont commencé à manger après la révolution néolithique.

 

La littérature scientifique utilise généralement le terme « modèle de nutrition paléo », qui a été décrit de diverses manières:

  • Légumes, fruits, noix, racines, viande et abats
  • légumes (y compris les légumes-racines), fruits (y compris les huiles de fruits, par exemple, l’huile d’olive, l’huile de noix de coco et l’huile de palme), les noix, le poisson, la viande et les œufs, à l’exclusion des produits laitiers, des aliments à base de céréales, des légumineuses, du sucre supplémentaire et les produits nutritionnels industriels (y compris les graisses raffinées et les glucides raffinés) éviter les aliments transformés et insiste sur la consommation de légumes, de fruits, de noix et de graines, d’œufs et de viandes maigres

Effets sur la santé

Les graines telles que les noix sont consommées dans le cadre du régime alimentaire.

Les aspects du régime Paleo qui conseillent de manger moins d’aliments transformés et moins de sucre et de sel vont dans le sens des conseils courants concernant les régimes. Les régimes paléo présentent certaines similitudes avec les régimes traditionnels, tels que le régime méditerranéen, qui se sont révélés plus sains que le régime occidental. Suivre le régime Paleo peut toutefois entraîner des carences nutritionnelles telles que la vitamine D et le calcium, qui peuvent à leur tour nuire à la santé des os; cela peut également accroître le risque d’ingestion de toxines provenant de consommation de poisson.

La recherche sur les effets de perte de poids du régime paléolithique a généralement été de mauvaise qualité. Un essai sur des femmes ménopausées obèses a montré une amélioration de la perte de poids et de graisse après six mois, mais les bénéfices avaient cessé au bout de 24 mois (effet yoyo ?); les effets secondaires chez les participants comprenaient « la faiblesse, la diarrhée et les maux de tête ».  En règle générale, toute perte de poids causée par des régimes est simplement le résultat d’une restriction calorique, plutôt que d’une caractéristique particulière du régime lui-même.

En 2016, les données sur les effets métaboliques chez les humains qui mangeaient un régime Paléo étaient limitées, mais elles reposaient sur des essais cliniques trop limités pour avoir une signification statistique suffisante pour permettre de tirer des généralisations. Ces essais préliminaires ont montré que les participants ayant une alimentation paléo avaient de meilleures mesures de la santé cardiovasculaire et métabolique que les personnes ayant une alimentation standard, mais cela pourrait également venir du simple fait qu’en faisant attention et en faisant un régime avec du sport, les gens ont retrouvé une meilleure santé par rapport à des gens qui se laissent aller.

 

 

 Contre argument au régime

Les capacités digestives des humains modernes sont toutefois différentes de celles des humains paléolithiques, ce qui nuit au principe de base de cette alimentation. Au cours de l’ère paléolithique longue de 2,6 millions d’années, le climat extrêmement variable et la propagation des populations humaines à travers le monde ont forcé les humains à s’adapter nutritionnellement. Notamment on a la capacité à digérer le lactose très tard. Les partisans du régime présupposent à tort que la digestion humaine est restée essentiellement inchangée au fil du temps.

Cependant, rien ne prouve que le régime alimentaire aide à perdre du poids, si ce n’est par le biais des mécanismes normaux de restriction en calories et du fait de faire attention. En effet on suppose selon certaines recherches que notre régime est trop riche en féculents (sucre ou sucres lents) et faible en sport auquel cas si cela s’avère exact le régime paléo peut fonctionner.  Suivre le régime Paleo peut entraîner comme tous les régime un apport insuffisant, ici c’est surtout en calcium (car en Europe on digère plutôt bien le lait) et ses effets secondaires peuvent inclure une faiblesse, une diarrhée et des maux de tête.

Le régime paléo suppose presque qu’il n’y a eu qu’un seul type de régime hors de nombreux fruits et légumes sont connus par certaines populations et pas d’autres.

Les défenseurs de la diète soutiennent que l’augmentation des maladies   après l’aube de l’agriculture a été causée par des modifications du régime alimentaire, mais d’autres ont contredit en supposant le fait qu’il est possible que les chasseurs-cueilleurs   ne souffrent pas des maladies parce qu’ils ne vivaient même pas assez longtemps pour les développer.   Sur la base des données concernant les populations de chasseurs-cueilleurs encore existantes, on estime qu’à 15 ans, l’espérance de vie était de 39 ans supplémentaires, pour un total de 54 ans.   À 45 ans, on estime que l’espérance de vie moyenne était de 19 ans supplémentaires, pour un âge total de 64 ans.   C’est-à-dire que dans de telles sociétés, la plupart des décès sont survenus au cours de l’enfance ou du début de l’âge adulte. L’apport énergétique alimentaire excessif par rapport à l’énergie dépensée dans nos sociétés, plutôt que la consommation d’aliments spécifiques, est plus susceptible d’être la cause des maladies.

Régime historique controversé

 

 

L’adoption du régime paléolithique suppose que les humains modernes peuvent reproduire le régime des chasseurs-cueilleurs. La biologiste moléculaire Marion Nestle affirme que « la connaissance des proportions relatives d’aliments d’origine animale et végétale dans le régime alimentaire des premiers humains est circonstancielle, incomplète et discutable et qu’il n’y a pas suffisamment de données pour identifier la composition d’un régime optimal déterminé génétiquement. Le régime paléolithique est mieux interprété comme allant dans le sens de l’idée que les régimes essentiellement végétaux sont favorables à la santé et à la longévité, du moins dans des conditions d’abondance alimentaire et d’activité physique.

 

Les données du livre de Cordain ne proviennent que de six groupes de chasseurs-cueilleurs contemporains, vivant principalement dans des habitats marginaux. Une des études portait sur les Kung, dont le régime alimentaire avait été consigné pendant un seul mois, et une sur les Inuits. En raison de ces limitations, le livre a été critiqué pour avoir brossé un tableau incomplet du régime alimentaire des hommes paléolithiques.

Malgré tout cela ne veut pas dire qu’il ne fonctionne pas.

 

Adaptation

 

La raison d’être du régime paléolithique découle des affirmations des promoteurs à la médecine évolutive. Les défenseurs du régime affirment que les humains étaient génétiquement adaptés à la consommation d’aliments spécifiquement disponibles dans leur environnement local. Ces aliments ont donc façonné les besoins nutritionnels des humains paléolithiques. Ils font valoir que la physiologie et le métabolisme des humains modernes ont peu changé depuis l’ère paléolithique. La sélection naturelle est un long processus et les changements de culture et de mode de vie introduits par la culture occidentale ont eu lieu rapidement. L’argument est que les humains modernes n’ont donc pas été en mesure de s’adapter aux nouvelles circonstances. La révolution agricole a entraîné l’ajout de céréales et de produits laitiers à l’alimentation.

 

Des études portant sur diverses populations à travers le monde montrent que les humains peuvent vivre sainement avec une grande variété de régimes alimentaires et qu’en réalité, ils sont devenus des mangeurs qui peuvent s’adapter et transmettre également certaines capacités par reproduction. La tolérance au lactose est un exemple de la manière dont certains humains se sont adaptés à l’introduction de produits laitiers dans leur alimentation. Bien que l’introduction de céréales, de produits laitiers et de légumineuses au cours de la révolution néolithique ait pu avoir des effets néfastes sur l’homme moderne, si les humains n’avaient pas été adaptables sur le plan nutritionnel, ces développements technologiques auraient été abandonnés.

 

Marlene Zuk, biologiste de l’évolution, écrit que l’idée que notre constitution génétique correspond aujourd’hui à celle de nos ancêtres est mal conçue et que dans le débat, Cordain a été « pris de court » quand on lui a dit que 10 000 ans, c’était « beaucoup de temps » pour un changement évolutif des capacités digestives de l’homme. Zuk rejette l’affirmation de Cordain selon laquelle le régime paléo est « le seul et unique régime alimentaire qui correspond à notre constitution génétique » .

Note : références wikipédia

Laisser un commentaire

Réductions de folies

Jusqu'à 20% toute l'année sur vos achat dans 2000 magasins

Avant de partir je vous propose un bon plan gratuit dans des milliers de magasins, profitez-en
Avoir ma réduction maintenant
* vous souscrivez à la newsletter et vous serez redirigé vers l'opportunité du moment (igraal)
%d blogueurs aiment cette page :